• RACHEL GUILLOUX  SOPRANO

     

     photo R.Guilloux Formation artistique

     

      Premier prix de chant du CRD de Créteil (1998)

     1er prix du concours Jeune Talent du Théâtre     Musical de Bretagne (2004)
     Formation professionnelle avec Margreet Honig,   Katherine Ciesinski, Jocelyne Taillon
     Avec le Théâtre du Mouvement (C. Heggen), Roy  Hart Theater.

     

      Biographie


     A l’opéra, Rachel Guilloux débute avec le rôle de    Barberine (Mozart) dans une mise en scène d’André  Engel.

     Elle poursuit avec les rôles de Frasquita (Bizet), de Giannetta (Donizetti) au Festival
    de Sédières. Elle interprète, en 2006 et 2008, les rôles titres de La Belle Hélène (Paris et Rushmoor) et de La Périchole (Le Mans) d’Offenbach.
    Sa passion pour le jeu scénique la conduit à créer trois spectacles musicaux : Stripsody Forever (clin d’oeil à la fantaisie de Cathy Berberian), Caractères (sur le travestissement dans l’opéra), et Miss May (cabaret scénarisé).
    Dans le domaine de la musique sacrée, elle chante régulièrement avec l’Ensemble de musique baroque de Toulouse, l’Orchestre France Telecom et l’Ensemble Galuppi. Elle aborde un large répertoire allant de Haendel (Dixit Dominus) à Dvořák (Te Deum) en pas sant par Moza rt (Requiem, Exsultate Jubilate ), Brahms (Un Requiem Allemand), Poulenc (Gloria).
    Par ailleurs, Rachel Guilloux a participé à de nombreuses créations contemporaines sur des scènes nationales et internationales (Cité de la Musique, Festival d’Automne de Paris, Festival Ars Musica de Bruxelles, Fondation Gulbenkian de Lisbonne,
    California Institute of the Arts de Los Angeles, Festival Ebruitezvous de Rennes, Festival Les Etonnants Voyageurs de Saint-Malo).
    Enfin, elle se produit depuis 1996 en récital dans un large répertoire (Schubert, Schumann, Debussy, Poulenc, Schönberg, Britten, Berg…).

     

    CONTACT
    06 71 84 08 38

    contact@rachelguilloux.com

     

     

     

     

    photo-JCGregoire.gif

    JEANCHRISTOPHE GREGOIREALBERTINI

    Baryton,

    enseignant de formation, d’origine Corse, JeanChristophe GrégoireAlbertini découvre et se consacre à l'art lyrique après une expérience théâtrale au sein de la compagnie « Jolie Môme ».

    Dès lors, il chante en scène de nombreux rôles dans des productions d’Opéra : « Le Barbier de Séville » (Figaro),

    « Hamlet » (Hamlet), « L’Opéra d’Aran » (Mickey),

    « L’Elixir d’Amour » (Belcore), « Carmen » (Escamillo, Moralès, Le Dancaïre), « Roméo et Juliette » (Mercutio),

    « Mireille » (Ourias), « Paillasse » (Silvio), « La Bohème » (Schaunard, Marcel), «Tosca » (Le Sacristain), « Orphée et Eurydice » (Orphée), Iphigénie en Tauride (Oreste),

    Didon et Enée (Enée), et d ’Opéra comique comme « La Veuve Joyeuse » (Danilo), « Les Cloches de Corneville »

    (Le Marquis), « La Fille du Tambour Major » (Robert), « La Mascotte» (Pippo), «Gipsy » (Rodolf), « La Belle de Cadix » (Ramirès), « Le Prince de Madrid » (Costillarès), «Andalousie » (Valiente), « La Caravelle d’or » (Alphonse) « Violettes Impériales» (Don Juan), etc.

     

    Au programme de 20122013 :

    « Le Vin Ailé », spectacle lyrique original sur le thème

    du vin qu’il a écrit et réalisé (VillefranchesurSaône, Bandol, BellevillesurSaône…),

    Costillarès dans « Le Prince de Madrid » (Villeurbanne), Oreste dans « Iphigénie en Tauride »

    de Glück (Festival d’Opéra des Landes), Ramirès dans « La Belle de Cadix » (Thionville,

    Toulouse, BoulognesurMer), Le Marquis des « Cloches de Corneville » (Arras), Le Prince

    Rodolf de « Gipsy » au Pin Galant (Mérignac).

    Il mettra en scène et dirigera « Didon et Enée » de Purcell avec le Choeur Voix Si Voix

    La dont il est le chef et fondateur.

    Il participera à un « Gala Offenbach » à Biarritz pour le Nouvel An, au Festival

    d’Opérette d’AixlesBains et cet été à un « Gala Francis Lopez ». Il interprètera Papageno de

    « La Flûte Enchantée » de Mozart au Mans et Alençon et chantera le baryton solo de « La

    Passion selon SaintJean » de Bach, le « Te Deum » de Charpentier, des Motets de Jean

    Philippe Rameau à Montpellier avec l’Ensemble Vocal de Montpellier, le baryton solo dans le

    «CANTO GENERAL » de Mikis Theodorakis à Quimper et au Mans …

     

    http://jchris.gregoire.free.fr/

     



    votre commentaire
  • Rachel Guilloux soprane                                            

    Jean christophe Grégoire baryton                             

    Pascal Keller piano                                                      

    Dimitris Mastrogioglou bouzouki                               

    Rolland Nestour percussion                                       

    Maxime Chatal percussion                                          

    récitants : Bernard Kalonn et Jean Luc Kerouanton

     

    Réservation au Théâtre de Cornouaille 02 98 55 98 55  du lundi au vendredi de 13h30 à 19h30

    Tarif : 20€ 18€/12€

    Pour les chorales : tarif spécial à 15€ ( possibilité de commande par courrier aux chemins de la voix 54bis rue de Douarnenez 29000 Quimper avec chèque à l'ordre du Théâtre de Cornouaille et enveloppe timbrée. )flyers---affiches.jpg


    votre commentaire
  • Affiche-choeur-de-Crimee.JPG

    Le Choeur de Crimée au cours de leur tournée de Novembre en Bretagne

    nous offre la recette de leur grand concert à la Cathédrale pour nous

    aider au financement de notre voyage en Crimée programmé pour Avril 2013 !

    Un immense merci à Igor Mikhailevskyi et à son choeur !

     

    article-Le-Tel-16-11-12.jpg


    votre commentaire
  • Le concert du 23 septembre 2012 à Crozon

    Pascal Keller piano
    Direction Jean Golgevit
    Solistes : Anne Ceuneau, Jean Luc Kerouanton
    Récitants : Bernard Kalonn, Jean-Luc Kerouanton
    Le Choeur du Canto
    Créé en avril 2011, 80 choristes finistériens sous la direction de Jean Golgevit, se sont donnés pour objectif de donner le « CANTO GENERAL» partout en France et à l'étranger, cette œuvre forte et porteuse d'espoir « qui a le goût de la résistance quand la liberté est absente et le goût du bonheur quand la liberté est au rendez vous »* *Bernard Poigant maire de Quimper.

    photo-Canto-Crozon.jpg


    votre commentaire
  •  

    28 octobre 2011... Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l’Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l’Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis  a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d’Europe qu’au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent.

    Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Theodorakis a avertit que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant« partenaires européens », c’en sera « fini de nous en tant que peuple et que nation ».

    Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une « fourmi » face à ces « partenaires », alors que le peuple le voit comme « brutal et offensif ».

     Si cette politique continue, « nous ne pourrons survivre (…) la seule solution est de se lever et de combattre ».

     Résistant de la première heure contre l’occupation nazie et fasciste, combattant républicain lors de la guerre civile et torturé sous le régime des colonels, Théodorakis a également adressé une lettre ouverte  aux peuples d’Europe, publié dans de nombreux journaux… grecs.

     Extraits :

     Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. (…)

     Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

     Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance.

     

    Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches.Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes.

     Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire fut le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. (…)

     Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour.

     Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes.

     Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit.

     

    Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en Tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme.

     

     


                                              


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique